Jean Schlosser, ostéopathe, thérapie holistique - un regard différent sur la santé

Derniers articles

Voilà une histoire "extraordinaire" qui nous montre bien l'agonie de notre système de santé. Le délitement de cette institution tient surtout de la méconnaissance macroscopique du corps humain et des règles simples qui régissent l'état de santé de ce dernier ! Cette méconnaissance engendre une multitudes d'erreurs, parfois sans conséquences , parfois tragiques. L'histoire que je me propose de vous conter, reflète à merveille cet état de fait, heureusement sans gravité cette fois-ci.

Mathilde me consulte pour sa jeune fille qui a fait une pirouette en trottinette et qui souffre du dos depuis cette chute. Comme la problématique est rapidement réglée, cela nous laisse un peu de temps pour discuter. Mathilde me demande, à tout hasard, si je peux intervenir sur une tendinite qui la concerne. Comme je lui demande des précisions, j'hallucine en écoutant son récit...

Mathilde me déclare qu'elle souffre depuis plus d'un an d'une douleur au niveau de la hanche droite. Que cette douleur a fait l'objet d'une prise en charge par son médecin spécialisé "traumatologie du sport" . Ce dernier lui a prescrit, sans aucune autre démarche préalable , toute une série d'examens pour aboutir à un IRM dont le résultat fait état d'une probable bursite du petit fessier. Il a donc fallu un an et un IRM pour diagnostiquer une simple bursite qui n'a aucun caractère de gravité. Consternant ! Par contre ,me dit elle, sa sœur qui souffrait d'une épaule a dû attendre un an pour confirmer une atteinte ligamentaire sérieuse des tendons de la coiffe... Il est impossible de confondre cliniquement les deux situations sauf à ne rien comprendre à ces deux maladies. Voici quelques explications simples. L'Epaule peut produire une altération des tendons que l'on nomme atteinte de la coiffe. Cette affection se traduit par des douleurs vives toujours exprimées par le même geste exécuté de manière active uniquement. Les antécédents traumatiques de l'épaule concernée sont toujours présents ( chute, choc direct etc...). La guérison intervient la plupart du temps à la suite d'une intervention chirurgicale, autant dire qu'il ne faut pas mésestimer la situation. La hanche, quant à elle , peut être sujette à la coxarthrose dont les signes cliniques sont caractéristiques d'une atteinte catilagineuse de l'articulation. La douleur siège le plus souvent dans le plis de l'aine, parfois dans la fesse, plus rarement au genou. La douleur est sourde, profonde, aggravée dans la rotation interne de la jambe et améliorée en rotation externe. La douleur est toujours présente que le mouvement soit volontaire ou exécuté par un tiers qui mobilise la jambe du patient. La douleur est exacerbée la nuit, témoignage de l'aspect inflammatoire de l'arthrose. C'est simple, limpide, encore faut il connaitre ses classiques... Dans le cas de Mathilde, aucun des symptômes en faveur d'une coxarthrose ne sont présents sauf peut être un aspect inflammatoire. L'inflammation n'est pas un signe pathognomonique de l'arthrose. J'ajoute que l'age du patient doit nous orienter vers les pathologies en rapport avec sa classe d'age. Mathilde est une jeune quadragénaire bien loin statistiquement d'une atteinte arthrosique de la hanche... Les antécédents sportifs et traumatiques sont bien sûr également à prendre en compte car l'arthrose n'est pas un effet du vieillissement mais la résultante d'un choc traumatique, parfois lointain. Les radios pratiquées en première intention n'ont, en outre, rien révélées ! Quand on ne sait pas ce que l'on cherche, il est difficile de trouver ? D'autre part Mathilde n'évoque aucune altération de son état général ; pas de fièvre, pas d'amaigrissement, pas de fatigue prégnante, pas de symptôme pulmonaire, seulement une douleur fluctuante mais toujours présente, surtout la nuit. Mathilde ne souffre donc pas d'une affection grave, seulement ennuyeuse. L'anamnèse ( histoire et description intellectuelle de la maladie) est une aide précieuse au diagnostic mais elle ne permet que très rarement de conclure. Seul l'examen clinique permettra de faire la différence entre toutes les pathologies possibles évoquées par l'anamnèse. Pour approfondir l'examen, je propose à Mathilde une palpation de sa hanche. Je débute par le muscle petit fessier qui est incriminé dans le compte rendu de l'IRM : RAS. Par contre je trouve une contraction persistante sur le muscle TFL qui est également le lieu de la douleur dont Mathilde se plaint. Nous sommes loin du plis de l'aine...et de la manifestation d'une coxarthrose. Le muscle TFL concerne la stabilité latérale du bassin et communique avec le genou. L'inspection du genou montre un déséquilibre en faveur d'une adaptation antalgique de ce dernier. Le vaste externe, muscle important de la cuisse et inséré sur la hanche, est également sous tension. Je décide de poncer vigoureusement le muscle TFL et de rééquilibrer le genou. Le résultat ne se fait pas attendre; alors que je ne l'ai pas encore sollicité, le vaste externe libère sa tension sous la forme d'un dégagement important de chaleur. Mathilde en est le témoin car elle ressent le soudain échauffement de sa cuisse. La séance est terminée, le traitement de Mathilde a duré environ vingt minutes ! En s'habillant Mathilde me confirme qu'elle ne sent plus le "poids" qui pesait en permanence sur sa hanche. Elle a aussi recouvrée instantanément la totale liberté de mouvement de sa hanche car elle n'a plus de problème pour enfiler ses chaussettes en position assise...Quelle conclusion tirée de cette expérience.

1) L'abondance de technologie n'a pas permis de résoudre un cas simple !

2) La clinique est fondamentale dans la compréhension du problème.

3) L'Ostéopathie est souveraine dans la résolutions des désordres fonctionnels, c'est à dire sans altération des structures. Les affections fonctionnelles représentent les trois quart des motifs de consultation en médecine générale ou du sport.

 

 


A propos de ce blog

Bonjour ! Je m'appelle Jean. Je suis ostéopathe sur Annecy depuis 12 ans. Ce blog se veut le recueil des réflexions et questions que m'inspirent chaque jour les nombreux cas que je suis amené à connaître. J'espère contribuer ainsi à l'émergence d'un regard neuf - en tout cas différent - sur notre santé.

Bonne lecture, merci de l'intérêt que vous porterez à ces articles.

Avertissement

Les faits relatés ci-dessous étant réels, les identités des personnes ont été changées de façon à préserver leur anonymat et leurs secrets.